Une nation pacifique

Nations

Les Attikameks

Une nation pacifique

Surnommés «Têtes de boules» par les colonisateurs Européens, les Attikameks tirent leur nom du corégone, poisson à chair blanche constituant une partie importante de leur alimentation. La nation, qui compte un peu plus de 6000 représentants, s’exprime principalement dans la langue attikamek, qui fait partie de la famille linguistique algonquienne. Comme langue seconde, les Attikameks utilisent majoritairement le français. Leurs terres ancestrales sont situées en plein cœur du Québec, dans les régions de Lanaudière, des Hautes-Laurentides et de la Mauricie. Les communautés de Wemotaci, Opitciwan et Manawan regroupent environ 80 % de la population de la nation.

Traditionnellement, les Attikameks vivent en forêt, dans un mode de vie nomade. Ils subsistent grâce à la chasse et la pêche. Leur vie est réglée selon le cycle de leurs six saisons. Chacune dure deux mois et a ses propres activités spécifiques. Reconnus par les premiers jésuites de Nouvelle-France pour leur grand sens de l’humour, les Attikameks sont des êtres pacifiques, cherchant à fuir les conflits. Cependant, la deuxième moitié du XVIIe siècle est une période très difficile pour eux. Les attaques des Iroquois et les maladies propagées par l’arrivée des Européens déciment une bonne partie de leur population. Les survivants de cette période trouble se font ensuite très discrets, disparaissant presque des récits de l’époque.

Avec la traite des fourrures, les Attikameks modifient graduellement leur mode de vie pour se sédentariser à proximité des postes de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Ils deviennent alors tributaires des quelques bons d’achat que leur donne la compagnie en échange des peaux. Certains d’entre eux se considèrent aujourd’hui comme des animaux en cage. Il faut dire que beaucoup d’entre eux vivent avec des revenus qui les laissent sous le seuil de la pauvreté.

TRADITIONS CULINAIRES

Nomades, les Attikameks utilisent des terres de chasse bien déterminées. La préservation de la ressource est pour eux très importante. Ils ne chassent en effet que sur les deux tiers de leur  territoire, laissant l’autre partie se régénérer. Le bleuet occupe une place de choix dans leur alimentation. Ils préparent l’osekwan, une pâte épaisse qui les fournit en vitamine C durant l’hiver.

PORTRAIT D’UN ATTIKAMEK

Rencontrez Alvyn Ottawa, un Attikamek engagé, grand amateur de pêche, qui s’applique à transmettre les traditions de sa nation aux générations futures. 

Toutes les nations

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre!

Abonnez-vous

LCR

Suivez
Pachamama sur

  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
  • Flickr

Émissions

Partage et grand poisson blanc chez les Attikameks

En canot d’écorce, partons à la rencontre d’un pêcheur de corégone et d’un peuple qui honore l’orignal en famille.

Toutes les émissions

Livre

Découvrez le livre PACHAMAMA Cuisine des Premières Nations, un merveilleux voyage historique et culinaire. +

Où le trouver ?

FMC APTN TFO Sympatico - Vite une recette.ca LCR Éditions du Boréal Pimiento

Pachamama tous droits réservés © 2010-2014  |  Politique de confidentialité
Une réalisation web de Pimiento et Absolunet