• Lièvre dans un plat en terre cuite

    Les plats en terre cuite des Mohawks sont célèbres à travers la Nouvelle-France parce qu’ils résistent à de très hautes températures. Ils y ont déjà sûrement cuisiné du lièvre accompagné de topinambour.

  • Tagliatelles à la courge

    Si les pâtes à l’italienne étaient absentes en Amérique du Nord à l’époque, la courge a longtemps été un aliment incontournable, à la base, avec le maïs, de la diète de toutes les nations sédimentaires du Québec et de l’Ontario.

  • Saumon fumé et galettes de sarrasin

    Le saumon fumé fait partie de la cuisine des Premières Nations depuis des siècles. Voici une façon originale de la présenter, étalé sur des galettes de sarrasin et nappé de crème sure.

  • Soupe de topinambours

    Le topinambour, plante à racine consommée par certaines nations amérindiennes, a permis aux premiers colons d’éviter la famine. Champlain en aurait rapporté en France, au roi Henri IV.

Recettes

Recettes

Voici des recettes originales et faciles à réaliser, librement inspirées de la riche tradition culinaire des Premières Nations du Québec et de l’Ontario. Que ce soit les ingrédients utilisés, la préparation ou le mode de cuisson, elles contiennent toutes un petit quelque chose emprunté à cette cuisine unique, trop souvent méconnue.

 

En vedette


Fleurs de courgettes

Fleurs de courgettes

L’une des trois soeurs, la courge fait partie de l’alimentation des Hurons-Wendats et des Mohawks depuis des siècles. Mais saviez-vous que la fleur de courgette est également délicieuse?
Voir la fiche +

Salade de bourgots

Salade de bourgots

Les bourgots (ou buccins) se prennent généralement entre avril et septembre. Chez les Premières Nations, les coquilles servaient entre autres à fabriquer les wampun, des ceintures de perles. La spirale intérieure du buccin servait à faire les perles blanches, alors que les foncées provenaient de la coquille de la palourde.
Voir la fiche +

Soupe de courge

Soupe de courge

La courge, qui était cultivée par les femmes autochtones bien avant l’arrivée des Européens, est l’une des trois sœurs de la tradition iroquoienne. Son nom anglais, squash, proviendrait du mot squantersquash, le nom que donnaient certaines nations amérindiennes à la courge.
Voir la fiche +

Soupe de petits poissons des chenaux

Soupe de petits poissons des chenaux

Bien connu sous le nom de « petit poisson des chenaux », le poulamon, un mot qui serait d’origine micmaque, est pêché par les Premières Nations depuis des siècles. Même s’il s’en pêche aujourd’hui une quantité phénoménale chaque hiver dans la rivière Sainte-Anne, cela ne représente qu’environ 1 % de la ressource.
Voir la fiche +

Perdrix farcies à l’œuf

Perdrix farcies à l’œuf

Les perdrix sont depuis longtemps au menu des Premières Nations. D’ailleurs, le nom de la réserve mohawk d’Akwesasne signifie « là où vrombit la perdrix ». Selon la légende, c’est en observant les perdrix marcher sur la neige que les Autochtones auraient eu l’idée de fabriquer des raquettes.
Voir la fiche +

Pigeon et pissenlit sur pain grillé

Pigeon et pissenlit sur pain grillé

Les pigeons consommés par les Premières Nations du Québec étaient principalement des tourtes voyageuses, une espèce malheureusement éteinte depuis 1914. Même si elles étaient des milliards, les Autochtones prenaient très à cœur leur conservation. Les agriculteurs, craignant pour leurs récoltes, auront eu raison d’elles en quelques dizaines d’années seulement.
Voir la fiche +

Fraises des bois, orange et caramel

Fraises des bois, orange et caramel

De toutes les fraises sauvages, la préférée des Premières Nations d’Amérique était la pocahontas, la première à mûrir. Appelée mskikoimins par les Abénaquis, ce qui signifie « baie des petites herbes », la fraise a toujours fait partie de l’alimentation amérindienne. On la consommait fraîche ou séchée.
Voir la fiche +

Gâteau au tournesol et à la courgette

Gâteau au tournesol et à la courgette

La courge fait partie, avec le maïs et le haricot, des trois sœurs de l’agriculture amérindienne. Cependant, le tournesol a été cultivé bien avant par les Autochtones, il y a des milliers d’années. Ses graines, riches en fibres, étaient consommées entières ou broyées sur d’autres aliments.
Voir la fiche +

Schrimp cake

Schrimp cake

De par leur situation géographique le long de la côte, les Micmacs étaient de grands consommateurs de fruits de mer. Les nations n’ayant pas accès à la crevette de mer se tournaient vers les gammares, aussi appelés crevettes d’eau douce.
Voir la fiche +

Compote de rhubarbe

Compote de rhubarbe

Ce n’est qu’au début du XIXe siècle que la rhubarbe fait son entrée au pays. Bien adaptée à notre climat, riche en éléments nutritifs et poussant tôt en saison, cette plante est vite adoptée par les Premières Nations.
Voir la fiche +

Grenouilles à la crème d’ail

Grenouilles à la crème d’ail

Plusieurs nations, dont les Odawas, se nourrissaient de petits animaux comme la grenouille. La friture n’était pas utilisée à l’époque, mais il arrivait qu’on enduise la viande de farine de maïs avant de la faire cuire sur des pierres brûlantes.
Voir la fiche +

Bière d’épinette

Bière d’épinette

Voici un classique de la tradition amérindienne. La bière d’épinette a longtemps été consommée par plusieurs nations autochtones, ainsi que par les colons européens, pour son efficacité à combattre le scorbut.
Voir la fiche +

Soupe de topinambours

Soupe de topinambours

Le topinambour, plante à racine consommée par certaines nations amérindiennes, a permis aux premiers colons d’éviter la famine. Champlain en aurait rapporté en France, au roi Henri IV.
Voir la fiche +

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre!

Abonnez-vous

Chien Fumant

Suivez
Pachamama sur

  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
  • Flickr

Découvrez notre chef invité!

   «Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années». Voilà qui s’applique parfaitement à Maksim Morin, le chef propriétaire du restaurant Le chien fumant. Il a participé comme chef invité à la série télévisée et au livre Pachamama. Il nous propose maintenant des recettes de son cru, inspirées de la cuisine autochtone.

En savoir plus

Livre

Découvrez le livre PACHAMAMA Cuisine des Premières Nations, un merveilleux voyage historique et culinaire. +

Où le trouver ?

FMC APTN TFO Sympatico - Vite une recette.ca LCR Éditions du Boréal Pimiento

Pachamama tous droits réservés © 2010-2014  |  Politique de confidentialité
Une réalisation web de Pimiento et Absolunet